Connaître ses clients (La revue diligente KYC) : ce que vous ne savez pas peut vous blesser

Ronny Aoun
Par
Ronny Aoun
Founder & Chief Executive Officer
Connaître ses clients (La revue diligente KYC) : ce que vous ne savez pas peut vous blesser

Connaître ses clients (La revue diligente KYC) : ce que vous ne savez pas peut vous blesser 

Certains l'appellent connaître votre client (KYC) ou simplement l'acceptation du client. Quel que soit le nom, le processus reste le même, et il est au cœur de l'identification et de l'intégration des clients pour les institutions financières. 

Dans le passé, KYC était conçu pour les contrôles de routine des nouveaux clients. Aujourd'hui, KYC est la première ligne de défense contre les crimes financiers, comme la fraude et le blanchiment d'argent. Bien que les institutions financières connaissent bien le processus KYC, cela reste une démarche coûteuse et complexe. Selon certaines estimations, les institutions financières mondiales dépensent en moyenne $150 millions de dollars annuellement en opérations de due diligence KYC. 

Les régulateurs financiers imposent de lourdes amendes en cas de non-conformité. S’ensuit, les conséquences  coûteuses dûes aux dommages à la réputation. Les atteintes à la réputation peuvent engendrer la déstabilisation de la marque de l’entreprise, l'érosion de la valeur de l’action et la perte de clients.  

Malgré toutes les ressources et le temps consacrés à la revue diligente KYC, de nombreuses organisations sont toujours aux prises avec des inefficacités, notamment une forte dépendance aux processus manuels tels que les recherches en ligne d'informations défavorables sur des clients potentiels. 

De plus, la norme dans l'industrie est de se référer à des listes de surveillance et à des bases de données pour trouver des informations sur les individus et les entités. Bien que ces ressources constituent une partie importante du processus, il existe un besoin croissant de collecte d'informations en temps réel et de surveillance en continu. Les institutions ne peuvent tout simplement pas compter sur les clients existants pour leur fournir des mises à jour sur les changements importants apportés à leurs entreprises. Ils doivent également surveiller de près les clients à haut risque. 

 

 Surveillance des médias en ligne défavorables 

Il n’y a pas assez d'institutions qui surveillent de manière adéquate ou efficace les médias en ligne à la recherche d'informations négatives sur les personnes avec lesquelles elles choisissent de faire affaire. Étant donné que les algorithmes de recherche en ligne changent souvent et que la liste des sources d'information s'allonge au quotidien, la recherche manuelle est un moyen laborieux et inefficace pour effectuer efficacement une revue diligente. 

L'intelligence artificielle change la donne dans ce domaine, car on ne peut pas s'attendre à ce que les humains analysent la quantité stupéfiante de données publiques en ligne qui pourraient exister sur des milliers de partenaires d’affaires  à un moment donné. C'est pourquoi Valital combine l'intelligence humaine et artificielle pour aider les organisations à identifier, détecter, analyser et atténuer les risques liés à la réputation.

Valital utilise le Traitement automatique des langues (TAL), une forme d'intelligence artificielle qui permet aux ordinateurs d'extraire le langage d'un texte non structuré. L'IA apprend le langage humain et utilise le contenu et le contexte pour effectuer une recherche en temps réel et une analyse ponctuelle des médias en ligne, blogues et tweets, signalant les inconduites liées à des comportements répréhensibles universellement reconnus: discrimination, criminalité financière/fraude, harcèlement, violence et abus. 

Pour les institutions financières qui ont une responsabilité fiduciaire envers les clients et qui ont accès à de gros volumes d'informations sensibles, le vieil adage “faites confiance, mais vérifier"ne suffit pas. Vérifiez, puis faites confiance signifie que les organisations peuvent prendre de meilleures décisions concernant les personnes avec lesquelles elles choisissent de faire affaire. 

Les institutions financières existent dans un environnement réglementaire mondial en constante évolution. Elles ont besoin d'avoir un accès continu et en temps réel à l'information. La surveillance des nouvelles en ligne défavorables est une partie essentielle du processus de revue diligente KYC, et les institutions ont besoin de la bonne technologie déployée au bon moment pour aider à converger les efforts de gestion des risques. 

Partager cet article sur