Étude de cas Valital: Une banque met en place un programme solide de gestion du risque d’initié

Ladanna James
Par
Ladanna James
Head of Marketing & Business Development
Étude de cas Valital: Une banque met en place un programme solide de gestion du risque d’initié

La situation

Dans le cadre de la mise en place d'un programme de gestion du risque d'initié, une grande banque souhaitait ajouter la collecte de renseignements d’origine sources ouvertes (ROSO) à son arsenal d'outils de gestion du risque conçus pour détecter les menaces potentielles provenant d'employés, de contractuels, de sous-traitants, de fournisseurs de services et d'autres tiers. Ces personnes pourraient avoir des privilèges d'accès à des informations classées ou confidentielles, d’ordre  financier et ou autres.


Pourquoi c'est important

Selon le client, "le risque d'initié est un problème humain, et nous ne pouvons pas ignorer les  données d’internet dans notre analyse comportementale. De nos jours, une grande partie de notre vie se déroule en ligne." 

Les initiés constituent souvent la plus grande menace pour la sécurité de toute organisation. Ce risque est infiniment plus dommageable pour les banques, qui restent des cibles privilégiées pour le vol de données et la fraude financière. Le filtrage des nouveaux employés et des tiers est assez standard dans le secteur, mais ce n'est pas toujours le cas lorsque des employés plus expérimentés, de longue date et de confiance sont promus à des rôles qui leur donnent un accès privilégié aux données sensibles des clients. 


L'opportunité

Du point de vue de la conformité et de la réglementation, la présélection, la vérification des antécédents et la surveillance continue sont essentielles dans une banque. La banque s'efforce de mettre en place des capacités opérationnelles solides grâce à un programme de contrôle et d'investigation renforcé. Ils veulent que leurs analystes aient accès à un outil simple, facile et convivial qui peut être intégré dans leurs processus pour surveiller les personnes qui occupent des rôles à haut risque. 

La banque a invité Valital à faire la démonstration de sa plateforme de surveillance des médias défavorables alimentée par l'IA, qui utilise le Traitement automatique des langues (TAL), une forme d'IA qui permet aux ordinateurs d'extraire le langage d'un texte non structuré. L'IA apprend le langage humain et utilise le contenu et le contexte pour effectuer une recherche en temps réel et une analyse ponctuelle des médias en ligne, blogs et tweets, signalant les inconduites liées à des comportements répréhensibles universellement reconnus: discrimination, criminalité financière/fraude, harcèlement, violence et dépendence.

Le client souhaite utiliser les informations recueillies afin de dresser un portrait plus complet et clair des initiés qui ont accès à des informations sensibles. 


Comment Valital a pu aider

Après un essai de 30 jours, au cours duquel le client a intégré la plateforme SaaS de Valital dans ses processus existants, le client bénéficie  à présent :

  • D’un suivi continu en temps réel et d’alertes pour être régulièrement tenu   au courant de toute nouvelle information en ligne sur les personnes désignées.
  • Des résultats en français et en anglais qui saisissent le contenu et le contexte dans la langue initiale.
  • Des fonctionnalités personnalisées qui répondent à leurs besoins spécifiques.
  • Une assistance technique et un soutien aux utilisateurs facilement accessibles.


L’avis du client

"Le risque d'initié est un problème humain, et nous ne pouvons pas ignorer les données d’internet dans notre analyse comportementale. De nos jours, une grande partie de notre vie se déroule en ligne.”

Partager cet article sur